école Saint-Chaffrey
École
Saint-Chaffrey
 

exposition sur 14-18 au musée d’art contemporain

dimanche 1er novembre 2015, par Desbois

Les impressions des élèves sur cette exposition.

J’ai bien aimé les baïonnettes et les mannequins. On a vu des tranchées, des armes, des masques à gaz et des emballages de nourriture que les familles envoyaient aux soldats. Les soldats fabriquaient des jouets pour leurs enfants avec des restes d’armes. Les soldats avaient un autre ennemi, les rats qui leur mangeaient les oreilles. On a lu des lettres de deux frères soldats qui sont morts à la guerre et qui habitaient dans le département.
A.M.

On est allés dans le vieux Briançon visiter une exposition sur la guerre 14-18. Les mannequins étaient très jolis et il y avait des armes en vitrine. Le musée était beau et ce qui était bien, c’est que j’ai appris beaucoup de choses. On a travaillé à deux avec Elise. On a vu les soldats dans les tranchées. Les pires ennemis des soldats étaient les rats. On a vu les tenues des soldats et leur équipement.Ils mangeaient du fromage, du jambon et de la soupe. Sans oublier qu’ils fabriquaient des objets pour leurs familles. Ils leur envoyaient et leurs familles leur envoyaient des colis. Pendant la guerre, beaucoup de gens sont morts et j’espère qu’un jour ça s’arrêtera.
M.P.D.H.

Vendredi on est allés avec les CE2 visiter l’exposition sur 14-18 dans la vieille ville. C’était bien car c’était grand et joli. La personne qui faisait visiter savait tout. On a du répondre à des questions mais il nous donnait les réponses. Il y avait des mannequins avec des habits de la guerre. Il y avait toutes les armes, les épées, les pistolets, même des mitrailleuses. J’ai bien aimé le moment où on a vu un militaire dans une cave. Il y avait un rat qui lui mangeait son pain ; les pauvres, déjà qu’ils n’avait pas assez à manger. Après, le guide nous a mis un casque sur la tête. Même, on a vu un pistolet en or et on a vu des massues avec des piques.
M.J.

Dans l’exposition, on a vu des mitraillettes. Dans les tranchées, un monsieur apportait la soupe aux soldats. On a vu des douilles que les soldats utilisaient pour fabriquer des objets pour leurs familles.
Les médailles étaient jolies et il y avait des masques à gaz pour se protéger des gaz mortels.
M.R.

On est allés au musée de la guerre 14-18 dans la vieille ville avec l’école. Ce qui m’a plu, c’est qu’on a vu plein d’objets de la guerre 14 18 : des armes, des masques à gaz. Aussi, on a entendu des lettres qui étaient écrites par des soldats. On avait une feuille à tous les deux, Paul et moi, pour répondre aux questions. On a vu de la nourriture que les familles avaient envoyée à leur fils et il y avait une personne qui envoyait les lettres à leurs familles et les objets que les soldats fabriquaient. Ils chassaient la nuit pour ne pas être tués. Les Allemands avaient des casques à pointe pour décorer. Les Français avaient des pantalons rouges qui servaient à se voir dans la fumée de la poudre à canon mais après ils ont inventé la poudre à canon sans fumée et ont changé les couleurs d’uniformes.
M.C.

Nous sommes allés au musée d’art contemporain le vendredi 25 septembre dans la Vieille Ville. Philippe nous a expliqué la guerre 14-18. Moi, j’ai aimé les habits et les armes. Au début de la guerre 14-18, il y a eu l’Archiduc François Ferdinand et sa femme qui ont été assassinés. Ils étaient à Sarajevo. À cette époque, quand on entrait dans l’armée, il fallait avoir au moins 19 ans. Et à cette époque l’Alsace était allemande, elle n’était pas française. À cette époque les tenues étaient bleues et rouges, puis elles ont eu d’autres couleurs bleues/grises pour le camouflage. Une nouvelle arme a été utilisé, le gaz, et pour se protéger, il fallait des masques à gaz et des grillons. C’était trop bien comme exposition !!!!!!!!!!!!!
P.V.

Avec ma classe, on est allés dans un musée. J’ai bien aimé car ça m’a appris beaucoup de choses. Les soldats français avaient un autre ennemi que les allemands, les rats. Mais je trouve que la guerre c’est triste. Il y avait beaucoup d’armes. J’espère qu’un jour la guerre s’arrêtera.
S.L.G.A.

Dans la vielle ville je suis allé visiter une exposition sur la guerre, on a vu des pistolets et des mitraillettes. On a vu aussi des vieux emballages de camembert et de banania.
Il y avait des casques à pointe et des cadeaux que fabriquaient les soldats avec des douilles d’obus, des balles de pistolet et des grenades. On a vu aussi d’autres objets : des médailles, des boussoles, des lettres.
T.F.

Nous somme allés au centre d’art contemporain de la vieille ville voir une exposition sur la guerre 14-18. C’était bien, parce qu’il y avait des armes et des vêtements. Et même, j’ai bien aimé les casques, les masques à gaz et l’attentat contre l’Archiduc à Sarajévo. C’est ce qui a déclenché la guerre. J’ai été impressionné par les armes, les canons, les allumettes et tous les objets de la guerre.
Le guide nous a présenté les uniformes gris et bleus et nous a parlé des couteaux et des fourchettes des soldats.
T.H.

Nous somme allés faire une visite dans la vieille ville, au musée d’art contemporain, sur la guerre de 14-18. J’ai préféré les bonhommes dans les tranchées et l’autre bonhomme dans son bureau sous les tranchées. Et j’ai aimé l’attentat contre l’Archiduc François Ferdinand et et sa femme. À cette époque, on entrait dans l’armée à 19 ans. Les soldats mettaient des pantalons rouges pour que leur camp les reconnaisse bien. Une nouvelle arme terrible a été utilisée en 1915, c’est le gaz. Ils se protégeaient avec des masques à gaz et des grillons. En 1915, une nouvelle couleur d’uniforme est arrivée, bleu-gris, pour que les allemands ne les voient pas. Mais les français avaient un autre ennemi ; le rat. Il y en a qui ont fait des photos de rats morts et ils étaient obligés de prendre des chiens ratiers. Et nous sommes rentrés à l’école en car.
T.R.

 
École école Saint-Chaffrey – route du pont levis - 05330 Saint-Chaffrey – Responsable de publication : Mme Géraldine Didelle, directrice de l'école
Dernière mise à jour : dimanche 17 mars 2019 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille